02 Mar 2012

Le CHU de Bordeaux et les Investissements d’Avenir

Les résultats des appels à projets lancés successivement dans le cadre du programme national Investissements d’Avenir ont été progressivement rendus publics au cours de l’année 2011 par les Autorités ministérielles et le Commissariat Général à l’Investissement.

L’Université de Bordeaux a coordonné la préparation des dossiers bordelais. Dans le secteur Biologie-Santé, la direction et les équipes du Centre Hospitalier Universitaire de Bordeaux et des organismes de recherche ont activement collaboré à la finalisation des dossiers de candidature. Et se réjouissent des résultats obtenus…

Il convient d’ajouter que l’Université de Bordeaux a été retenue, dans le cadre de l’appel à projets « Initiatives d’excellence », afin de faire partie des pôles pluridisciplinaires d’excellence d’enseignement supérieur et de recherche de rang mondial, capables de rivaliser avec les plus grandes universités internationales.

IHU – Instituts Hospitalo-Universitaires

Le projet LIRYC

c’est-à-dire L’Institut de RYthmologie et de modélisation Cardiaque (Université de Bordeaux, Inserm, Centre Hospitalier Universitaire de Bordeaux), dont le but est de développer un programme multidisciplinaire de recherche, de formation, de soins et de transfert unique au monde, associant un large éventail de compétences afin de comprendre, identifier et traiter les troubles du rythme cardiaque qui sont une des premières causes de décès dans le monde.

Le projet associe en effet des équipes de cardiologie, d’électrophysiologie, d’imagerie et de modélisation du signal afin de mener des recherches expérimentales et cliniques, sur la fibrillation auriculaire, la fibrillation ventriculaire ou la dyssynchronie ventriculaire. Le projet permettra aussi de recruter les expertises absentes en France et de les associer aux équipes de niveau international déjà présentes sur le site de Bordeaux.

Cet éventail de compétences permettra des actions de formation pluridisciplinaires destinées aux professionnels de santé comme aux chercheurs et ingénieurs, renforçant à terme le potentiel de recherche mais aussi la capacité de développer des partenariats et de créer des entreprises innovantes dans le domaine des  technologies pour la santé.

LIRYC fait d’ores et déjà l’objet de nombreux partenariats avec les industriels du médicament et surtout du dispositif médical lié aux troubles du rythme. Il prévoit la création d’un réseau d’entreprises innovantes dans les secteurs du diagnostic, de l’imagerie et de la modélisation autour d’un marché en très forte croissance.

Pour de plus amples informations : Le projet LIRYC

LABEX – Laboratoires d’excellence

Le projet BRAIN

(Université de Bordeaux) qui fédère cinq instituts en neurosciences à Bordeaux, dont le but est de mieux comprendre le fonctionnement normal du cerveau afin d’identifier ses dysfonctionnements dans des situations pathologiques et d’explorer de nouvelles méthodes d’imagerie en utilisant les nanotechnologies pour visualiser le fonctionnement du cerveau. Les recherches pluridisciplinaires visent à améliorer le traitement des maladies neurodégénératives ou les troubles psychiatriques.

Pour de plus amples informations (en anglais) : Le projet BRAIN

Le projet TRAIL

(Université de Bordeaux), dont le but est de faciliter la recherche inter et multidisciplinaire en imagerie, de la méthodologie jusqu’à l’application clinique, en proposant des innovations diagnostiques et de nouvelles stratégies pour évaluer les traitements, développer la thérapeutique guidée par l’image et la délivrance de médicaments. Il propose aussi d’évaluer les impacts de ces recherches sur la prise en charge des patients, la santé publique et les aspects socio-économiques.

Pour de plus amples informations (en anglais) : Le projet TRAIL

EQUIPEX – Equipements d’excellence

Le projet PHENOVIRT

(Université de Bordeaux / CNRS), dont le but est de développer une plateforme neuro-psychopharmacologique permettant d’étudier les troubles de l’attention et les effets de la fatigue chez des sujets normaux ou des patients âgés atteints de troubles cognitifs, dans  des conditions virtuelles avec simulateurs de vol ou de conduite par exemple, ou un système de supervision de la conduite automobile.

…et d’autres projets associant le CHU de Bordeaux

Cohortes

Le projet i-SHARE

(Université de Bordeaux / Inserm / Université de Versailles Saint-Quentin), dont le but est d’explorer les facteurs de risque des maladies chez une population d’adultes jeunes (30 000 étudiants suivis sur au moins 10 ans), tranche d’âge pour laquelle peu d’informations sont disponibles, en dépit de risques spécifiques (troubles de l’humeur et suicide, conduites à risque et accidents, exposition à l’alcool et aux drogues). Les comportements durant cette période peuvent aussi exercer un impact à plus long terme sur les maladies chroniques (cancers, maladies cardiovasculaires, maladies neurodégénératives).

Pour de plus amples informations : Le projet i-SHARE

Infrastructures nationales de recherche en biologie et santé

Le projet Biobanques

(Inserm) qui associe 70 centres de ressources biologiques dont celui de Bordeaux, avec le but d’intégrer à l’échelon national les capacités de recueil et de stockage des échantillons biologiques d’origine humaine et les collections microbiennes, d’assurer la qualité des collections et des annotations cliniques associées et de faciliter l’accès à ces collections pour les projets de recherche.

Le projet F-CRIN

(Inserm) qui associe 54 centres d’investigation clinique dont celui de Bordeaux, avec le but de renforcer la compétitivité de la recherche clinique française dans l’initiation et la conduite de grands essais cliniques multinationaux.

Le projet France-BioImaging

(CNRS), localisé dans cinq centres dont Bordeaux, avec le but de fédérer les efforts de recherche en répartissant les efforts dans quelques centres français d’excellence et en mettant à disposition du groupe des outils et en particulier des outils informatiques de traitement de l’image.