20 Août 2011

L’hôpital Bergonié de Bordeaux une deuxième fois labellisé

Source : sudouest.fr

L’Institut propose des essais en phase précoce. Une initiative qui favorise l’innovation et son accès par tous.

C’est sa deuxième labellisation. La première remonte à octobre 2009, quand l’Inca (Institut national du cancer) a décidé que l’Institut Bergonié de Bordeaux devenait centre de référence pour les cancers rares de l’adulte. Les sarcomes sont des cancers des tissus conjonctifs qui représentent 1 % des cancers de l’adulte mais le choix de Bergonié ne doit rien au hasard. L’équipe RCP Sarcomes du centre bordelais avait déjà coordonné la mise à jour des référentiels nationaux concernant les sarcomes des tissus mous, d’où a été tiré un référentiel pratique régional pour le réseau de cancérologie d’Aquitaine. Une unité de secours interrégionale fonctionnait à l’époque depuis deux ans.

L’équipe animée par le Dr Houédé propose des traitements innovants issus de la recherche

La deuxième labellisation, qui vient d’être rendue publique, concerne les essais en phase précoce. Elle consacre le travail du département d’oncologie médicale, qui en janvier 2008 a ouvert une unité dédiée aux essais précoces, qui offre un plateau technique complet pour la réalisation de l’essai.

Innovations majeures

Animée par le docteur Nadine Houédé, cette unité autorise, comme elle l’explique, « de proposer, à des patients qui n’ont pas la possibilité de bénéficier des thérapies standards, des innovations majeures ».

Ces essais permettent de sélectionner les molécules les plus prometteuses. Les patients qui participent ainsi à ces essais précoces aident en fait au développement d’un nouveau médicament, puisqu’il n’existe pas d’essais de médicaments chez les sujets humains sains.

Il s’agit pour l’instant de 25 à 30 patients par an, qui vont ainsi offrir aux malades de la région Aquitaine l’occasion de bénéficier des traitements innovants issus de la recherche.

Les patients de l’unité Essais précoces sont accueillis à Bergonié en ambulatoire ou dans l’une des six chambres d’hospitalisation dédiées par une équipe spécifique composée de deux médecins seniors secondés par des chefs de clinique et par deux infirmières de recherche clinique spécialement formées pour le suivi des patients en essai.

Ils sont placés en surveillance constante durant l’essai par des bilans sanguins, des radiographies, des électrocardiogrammes. « La labellisation de l’inca, estime Nadine Houédé, va doubler le nombre de patients, mais nous avons souhaité surtout investir dans le personnel et dans du temps en plus pour la pharmacie et la radiologie. Ce qui devrait arriver avec la création de deux nouveaux postes : attaché de recherche clinique et infirmière de recherche clinique. »

Accéder à la note du sudouest.fr

Mot clés : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,